Menu

Rappel gratuit

06 52 32 52 51
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Vers un futur remboursement des consultations chez le psychologue ?

Vers un futur remboursement des consultations chez le psychologue ?

Le 16 octobre 2018
Vers un futur remboursement des consultations chez le psychologue ?

C'est probable. C'est en tout cas un scénario qui est à l'expérimentation dans 4 départements français.

Chloë Troff, votre psychologue à Fontaines Saint-Martin, vous propose de revenir là dessus.

La consultation chez un psychologue :

Rappelons tout d'abord que le psychologue a une formation universitaire en psychologie, à la différence du psychiatre, qui a fait des études de médecine et est donc médecin.

A ce jour, les consultations chez un psychologue en libéral ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Seules les consultations proposées dans un établissement public peuvent être prise en charge ( CMP (Centre médico-psychologique), hôpital). Ou les consultations chez le psychiatre.

Mais ceci est peut être amené à changer dans les années à venir.

L'expérimentation de la prise en charge des séances chez le psychologue :

Cette expérimentation est en test dans 4 départements, pour les personnes âgées de 18 à 60 ans et présentant des "troubles en santé mentale d'intensité légère à modérée".

L'objectif étant de permettre la diminution des prescriptions d'antidépresseurs et d'anxiolytiques, et de favoriser la prise en charge des personnes dont les ressources financières ne leur permettent pas d'aller chez un psychologue.

Dans ce dispositif en test, le patient est orienté par son médecin traitant vers un psychologue clinicien, sur prescription médicale.

Un premier entretien d'évaluation a lieu auprès du psychologue, à la suite duquel le médecin traitant peut prescrire jusqu'à 10 séances de 30 minutes, au tarif de 22 €.

Si besoin, 10 autres séances de 45 minutes, au tarif de 32 € pourront être proposées.

Ceci constitue une avancée positive bien que plusieurs contestations soient émises de la part des psychologues qui n'ont pas toujours été consultés dans l'élaboration de ce dispositif et qui jugent les séances trop courtes, leur tarif trop faible et qui déplorent la nécessité d'obtenir une prescription du médecin traitant.

Affaire à suivre...

c